Nutrivital

logo

Information Importante (du 3 Février 2012)

Si je n’ai pas pu répondre plus tôt, c’est que j’ai porté plainte auprès du Procureur de la République contre deux « experts » de la borréliose de Lyme, un laboratoire français, l’AFSSAPS et l’Ordre des Médecins pour non assistance à personnes en danger et que je tenais à respecter un délai raisonnable (minimum fin janvier) pour ne pas provoquer le Procureur. C’est cette plainte qui a sûrement accéléré la décision de l’AFSSAPS pour contraindre NUTRIVITAL à la fermeture et ainsi me faire taire sur le sujet…Des pays étrangers se proposent de reprendre la formule et des analyses dans divers laboratoires confirment ce que je prétends, càd la non-toxicité du produit aux doses conseillées.

De plus, de quel droit l’AFSSAPS peut interdire la fabrication (puisque Tic-Tox est également vendu à l’export)

Suite à l’intervention de l’AFSSAPS chez NUTRIVITAL et l’interdiction de fabrication, commercialisation de TIC-TOX que des milliers de clients et beaucoup de thérapeutes connaissent aujourd’hui, je tiens à préciser les points suivants :

  • Diplômé d’Etat en pharmacie, spécialisé en phyto-aromathérapie depuis près de quarante ans (voir CV pour ceux que cela intéresse), j’ai été amené il y a maintenant plus de quinze ans à étudier la maladie de Lyme ou borréliose de Lyme…

  • Constat : maladie pernicieuse trop peu connue autant du grand public que du corps médical, peu de communications au niveau de la prévention, diagnostic difficile, sérologies inefficientes pour rendre compte des espèces de borrélies européennes, d’où nombreuses erreurs de diagnostic, donc de traitements, recrudescence de cette maladie, grave problème de transmission par transfusions sanguines, par voie placentaire, et autres risques

  • Tic-Tox, mis au point il y a une quinzaine d’années déjà dans le cadre de la prévention de la transmission de la borréliose ou maladie de Lyme, était initialement utilisé uniquement en usage externe pour tuer les tiques et les éventuelles borrélies transmises lors de la piqûre, les huiles essentielles bactéricides à large spectre utilisées ayant la faculté de traverser la barrière cutanée.

  • Des thérapeutes et vétérinaires, l’ayant essayé par voie interne, ont constaté des améliorations indiscutables chez des chiens et chevaux, et ont commencé à le prescrire ou le conseiller, les autres traitements n’ayant pas donné les résultats attendus. De fait ils en ont fait un « médicament » par définition…mais il m’était impossible de financer un laboratoire pharmaceutique, une AMM (Autorisation de Mise sur le Marché avec des tests pharmacologiques, toxicologiques, cliniques…).

  • Néanmoins j’ai établi un mode d’emploi dans le cadre d’un protocole afin d’éviter aux clients de mauvaises utilisations, ceci pour leur propre sécurité. C’est ce document qui m’est reproché puisque le fait de donner ces indications fait que, même en tant que produit naturel, c’est considéré comme médicament avec toutes les contraintes, particulièrement financières que cela représente…

  • Voilà plus de six-sept ans j’ai pris contact avec un Professeur « expert » à Strasbourg, puis en second en bactériologie, et à deux reprises j’ai été gentiment éconduit avec le refus de tester le produit puisque je ne représentais pas un laboratoire pharmaceutique agréé, ayant les moyens financiers pour payer ces « experts » dans le cadre d’une étude en vue d’une AMM.

  • J’ai également mis le doigt sur un autre sujet qui a beaucoup dérangé ces « experts », à savoir les sérologies inefficientes concernant le diagnostic de cette maladie, préconisant dans un premier temps un questionnaire d’aide au diagnostic de Lyme puis des sérologies allemandes beaucoup plus performantes que ces « experts » ont également refusé de comparer aux françaises, étant eux-mêmes inféodés à un laboratoire français. C’est l’origine des ennuis du LAM SCHALLER à STRASBOURG qui pratique ces analyses allemandes (All-Diag de MIKROGEN).

  • Révolté par le manque d’écoute, autant de ces « experts » que du Ministère de la Santé (Courriers recommandés avec AR) et visite à certains élus, j’ai fait des conférences pour éveiller les consciences sur cette pandémie beaucoup plus répandue qu’on ne le pense, et trop méconnue même dans les milieux médicaux de la zone dite endémique qu’est l’Alsace. Peu après il y a eu des « contre-conférences », traitant le Dr SCHALLER et moi-même de charlatans mais sans jamais pouvoir avancer un seul argument scientifique prouvant que nous avions tort, ce que nous attendons depuis des années.

  • Exaspéré par notre succès, autant pour les conférences que pour les analyses sérologiques appréciées par les thérapeutes et les clients, que pour les succès des traitements après l’échec d’antibiothérapies successives (reconnues dans la 16ème Conférence de Consensus Lyme), ces « experts » ont pris, au lieu de chercher à collaborer dans l’intérêt de la santé Publique, des mesures, càd dénonciation auprès de la Sécurité Sociale, l’AFSSAPS, l’Ordre des Médecins, etc en continuant à prétendre que nous étions des charlatans.

  • C’est ce qui a amené à cette interdiction de fabrication et commercialisation de Tic-Tox, sous le prétexte fallacieux que le produit pouvait présenter une toxicité pour les consommateurs, argument totalement « monté » de toutes pièces sur des analyses falsifiées et des bases erronnées. Ce que je prouve ci-dessous.

Quant à la toxicité invoquée pour Tic-Tox :

Dans le livre « L’aromathérapie exactement » de P. Franchomme et du Dr Pénoêl, un livre de référence pour les aromathérapeutes il est précisé : pour la sauge officinale : α-thuyone : 12 à 33% et β-thuyone : 2 à 14%. On en déduit donc un maximum de thuyone de 47%...

Avec 0.3 ml d’HE de sauge officinale on aura donc un maximum (en arrondissant à 50% de thuyone) : 0.3 ml pèse 0.3 x 0.9 (densité de l’HE) = 0.27g dont 50% maxi représentés par la thuyone, soit 0.135g pour un flacon de 15 ml de Tic-Tox. Dans un flacon Tic-Tox il y a environ 450 à 500 gouttes (alors que l’AFSSAPS s’est basé sur 300 gouttes, correspondant à la densité et viscosité de l’eau, ce qui est à l’origine de l’erreur, par ignorance, incompétence ou erreur volontaire). Dans la dose journalière maxi de 15 gouttes il y a donc maxi 0.135g x 15/450 = 0,0045g soit 4.5mg de thuyone.

Or l’AFSSAPS écrit que la dose acceptable établie à partir des données bibliographiques disponibles est de 4,8 mg par jour ! (d’ailleurs j’aimerai connaître les sources bibliographiques utilisées)

Ainsi en considérant à tous les niveaux les facteurs maximaux, Tic-Tox se trouve toujours en-dessous des normes considérées comme toxiques.

De plus pour satisfaire aux suggestions et recommandations de l’inspecteur de l’AFSSAPS, nous avons accepté de corriger la formule en n’utilisant plus que 0.2 ml d’HE de sauge off., ce qui devrait suffire à justifier de notre bonne volonté et bonne foi pour préserver à coup sûr la Santé Publique.

Si le rapport bénéfice sur risque avait été étudié d’aussi près pour les médicaments, il n’y aurait pas autant de scandales sanitaires, autant dans le domaine médical que celui de l’agro-alimentaire.

Pour prouver encore un peu plus la mauvaise foi de l’AFSSAPS, tout comme du laboratoire de toxicologie de Strasbourg, et de l’Ordre des médecins qui ne fait que répéter ce qu’on lui dicte, ceci sans vérifier les arguments avancés et sans entendre la partie adverse… :

Vous pouvez tous vérifier sur http://buecher.heilpflanzen-welt.de/BGA-Commission-E-Monographs/0323.htm, que pour la Sauge officinale (Salvia officinalis) il est précisé dans la monographie publiée le 15 mai 1985 et révisée le 13 Mars 1990 les éléments suivants :

  • les principaux composants de l’huile essentielle, en plus de la thuyone, sont du cinéol et du camphre

  • la posologie journalière est de 0,1 à 0,3 g d’huile essentielle, càd la dose par flacon Tic-Tox (15ml)

  • les propriétés : antibactérien, fongistatique, virustatique, (+ astringent, stimulant des sécrétions, inhibition de la transpiration pour la poudre)…

En 15 ans de commercialisation de Tic-Tox, il n’y a jamais eu de cas d’intoxication, même chez des sujets qui contre notre avis ont pris le produit durant des années sans interruption et parfois à des doses supérieures à celles recommandées. De plus nous déconseillons toujours le produit aux femmes enceintes, aux tous jeunes enfants et demandons aux personnes plus fragiles de commencer avec des doses de 1 à 2 gouttes trois fois par jour. Aucun cas d’intoxication en 40 ans d’activité professionnelle et 15 ans de commercialisation de Tic-Tox , ce qui est rare pour la plupart des médicaments du marché et aussi tabac, alcool, etc qui rapportent beaucoup de taxes à l’Etat…

Cette interdiction, de plus médiatisée, est d’autant plus scandaleuse, que l’AFSSAPS est elle-même compromise dans l’ensemble des scandales médico-pharmaceutiques des dernières décennies et que dans cette affaire elle prive de nombreux clients d’un traitement dont ils sont très satisfaits.

Ce qui est particulièrement scandaleux c’est que cet organisme, qui devrait être d’une rigueur irréprochable, se trompe dans des analyses, invoque une bibliographie fantaisiste sans la citer, et affirme haut et fort une toxicité qui n’existe pas, pousse à la fermeture d’une entreprise pour un motif futile et prive une nombreuse clientèle de soins qui leur ont profité… Ces « experts » ont un pouvoir qui ne permet même pas une contestation, étant seuls « experts » qui seront reconnus devant les tribunaux… A vous de juger si c’est moi le charlatan ou eux les criminels…et réagissez en fonction de votre avis pour tenter de faire cesser ces abus de pouvoir dans le domaine de la Santé Publique…

PS : la récente « descente » de la police judiciaire dans les bâtiments de l’AFSSAPS (dans le cadre du Médiator) et dans les domiciles des principaux dirigeants a curieusement été très peu médiatisée, contrairement à la soi disant toxicité de Tic-Tox. ! Tous vos témoignages et soutiens seront les bienvenus…

Signé le vendredi 3 février 2012: B. CHRISTOPHE, Diplômé d’Etat en Pharmacie, spécialisé en Phyto-aromathérapie depuis 40 ans…

PS : prochainement sur site Nutrivital et blog :résumé de ma conférence Borréliose de Lyme, mes remarques et nombre d’informations permettant de répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser. Merci pour votre compréhension.






Bernard Christophe (Photo DNA - Alain Destouches)


TELEPHONE & FAX
Téléphone: 03.88.69.11.33
Fax: 03.88.69.19.97

Vous pouvez nous joindre de lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00


MAIL

Technique: info@nutrivital.fr
Général: marilene@nutrivital.fr
Service commande: sc@nutrivital.fr


ADRESSE

Nutrivital
4, Rue Foch
67450 MUNDOLSHEIM
FRANCE



Ce site est en construction!
logo